Bourvil : des révélations difficiles à croire sur ce comédien qui nous a tant fait rire

Bourvil : des révélations difficiles à croire sur ce comédien qui nous a tant fait rire

Dans l’émission Un jour un destin, Laurent Delahousse était revenue sur la vie et la carrière d’André Raimbourg, plus communément connu sous le nom de Bourvil. Invité de l’émission, Jean-Pierre Mocky a fait des révélations étonnantes au sujet de l’artiste avec lequel il a tourné quatre films. Pour le cinéaste, « Bourvil n’était pas un vrai gentil ».

Un artiste coléreux

Dans un entretien accordé au Figaro à l’occasion de la diffusion d’Un jour, un destin, Jean-Pierre Mocky a déclaré à propos son ami Bourvil : « Il était coléreux et détestait qu’on le prenne pour un con ». Bourvil était donc bien loin des personnages devenus cultes du Corniaud et de La grande vadrouille.

Le comédien souhaitait qu’on lui confie des rôles dramatiques et refusait que sa carrière soit uniquement composée de rôles « d’idiots », comme l’affirme Jean-Pierre Mocky. Le cinéaste ajoute que les films préférés du comédien étaient ses rôles les plus complexes et dramatiques : « Ses films préférés étaient celui de Melville, Le Cercle rouge, celui de Claude Autan-Lara, La Traversée de Paris et les quatre que j’ai faits avec lui, dont, par exemple, Un drôle de paroissien ».

Un professionnel hors pair

Lorsque Le Figaro demande à Jean-Pierre Mocky comment était Bourvil sur les tournages, ce dernier répond : « Un grand professionnel qui savait toujours ses textes. Et très généreux ». Bourvil était donc à des années lumière du personnage de benêt qu’on lui demandait souvent d’interpréter et auquel il avait l’impression d’être systématiquement rattaché.

Category: People
About The Author
-

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>